Nouveau Cours
Accueil » Cours Economie » Identification et définition de la monnaie

Identification et définition de la monnaie

Cours Economie monétaire

Télécharger identification et définition de la monnaie pdf :

Identification et définition de la monnaie

Chapitre 1 : identification et définition de la monnaie

Le champ de l’économie monétaire est récent, pendant longtemps la monnaie n’était qu’un phénomène secondaire, jusqu’à Keynes. La monnaie est surtout importante depuis 1960 : c’est un domaine scientifique dont on a maintenant un corpus de connivences

1) la monnaie dans l’échange : de l’économie autarcique à l’économie monétaire

  1. A) L’économie sans monnaie
           a- Autarcie et économie de troc

On peut imaginer une économie en autarcie c’est-à-dire une économie qui vit sans échanges entre les agents de cette même économie. Chaque agent ne consomme que ce qu’il produit, la monnaie n’a pas sa place. La monnaie va être associée à une économie d’échange, mais on peut imaginer des économies de troc également, lorsque 2 agents ou plusieurs vont s’échanger des biens contre  d’autres biens. Le troc existe toujours dans les pays les moins avancés par exemple et dans les changes internationaux. L’économie de troc existe mais présente des difficultés.

           b- Les difficultés de l’échange dans une économie de troc (aucune monnaie)

Ces difficultés ont été posées par Clower en 1969. Ex : A produit du maïs et B de la viande. A échange à B du maïs contre de la viande. On rencontre très vite des problèmes surtout quand on commence à dénombrer plus d’agents.
Les deux agents doivent entendre sur quelle quantité de x produit correspond à quelle quantité de y produit. Il faut trouver un rapport d’échange entre x et y. Si on prend plus de deux bien, par exemple une quantité n de bien on a : [n(n-1)] / 2
Ex : pour 10 biens => (10 x 9)/2 = 45 rapports d’échanges
L’absence de monnaie conduit à multiplier très vite les rapports d’échange. Dès qu’on a plus de deux agents il va falloir organiser des négociations pour arriver à trouver des rapports d’échanges collectifs, admis par tous.
Il faut qu’il y ait double-coïncidence : quand A veut du y il faut qu’il souhaite céder du x (ici du maïs) pour avoir de la viande. Mais quand A est prêt il faut qu’il trouve un B qui ait aussi envie de céder du y et prendre du x.
Il faut qu’un agent donné puisse stocker sa marchandise pour échanger dans le futur, on a donc vu apparaître une monnaie marchandise acceptée par tous, c’est ainsi qu’apparaît le concept de monnaie.

  1. B) l’économie monétaire

C’est lorsque tous les échanges d’une économie vont se faire contre de la monnaie c’est-à-dire contre un objet économique accepté par tous en contrepartie de l’achat et de la vente fait par une transaction. Cet objet économique peut être une marchandise mais également autre chose.

              a- Avantages propres à une monnaie

La présence de monnaie va réduire le nombre de rapports d’échange à fixer. On passe à n-1 pour une monnaie marchandise. Quand l’un des biens est pris en référence chaque bien va être fixé en fonction de celui-ci sauf le bien en question.
On a n rapports d’échanges lorsque la monnaie est non marchande et on peut alors parler du prix d’un bien.
La présence de monnaie va permettre de casser la double coïncidence et donc de scinder l’échange de troc en 2 échanges très indépendants. On demande à la monnaie de conserver son pouvoir d’achat entre deux échanges. On va organiser un mécanisme de marché pour dégager un prix pour l’ensemble de la collectivité.
C exprime que la présence de monnaie permet d’annuler, de réduire les coûts de l’échange qui sont de 2 types :
– les coûts de transaction et les coûts d’attentes.
Les premiers coûts sont l’ensemble des dépenses en recherche, tandis que les coûts d’attente concernent les coûts subjectifs (gène occasionnée aux agents par le fait de devoir différer la satisfaction de leur besoin) et les coûts objectifs (dans l’attente de la transaction notre agent doit stocker le bien qu’il doit échanger).

               b- Monnaie : marchandise ou actif spécifique ?

La monnaie est un instrument d’échange accepté par tous et qui va permettre l’achat immédiat de tout bien, service, ou titre et qui va conserver sa valeur d’usage qui se distingue de la valeur intrinsèque (valeur propre du bien). Cela se creuse de plus en plus car aujourd’hui la monnaie n’a plus qu’une valeur d’usage, l’autre valeur n’existant pas.

         2) Origine historique et évolution de la monnaie

On peut penser que la monnaie marchandise est l’une des premières formes de monnaie. Pour qu’une marchandise soit une bonne monnaie il lui fallait une qualité de maintien de sa valeur dans le temps, être relativement rare et recherchée.
On a choisi une monnaie métallique car les métaux conservent leur valeur ils sont inaltérables, rares et recherchés, parce qu’on a très vite su séparer les métaux, les mettre en pièces facilement transportables, ce qui est aussi le cas pour les lingots.
On distingue trois étapes :
Les métaux sont admis par tous donc on va peser la monnaie pour déterminer la quantité de métal qu’on va échanger.
On forme ensuite des pièces qui ont un poids identique. La monnaie comptée vient après la monnaie pesée pour plus de facilité à l’échange.
Pour finir les autorités ont frappé la monnaie.
La monnaie a été frappée pour garantir que c’est bien telle ou telle quantité que constitue une pièce, la valeur intrinsèque disparaît. Les agents vont se baser sur la confiance qu’ils ont dans les autorités qui vont frapper la monnaie. Tout repose sur cette confiance de l’autorité qui crée les pièces. Après le pouvoir, c’est-à-dire l’autorité de battre la monnaie a été donné au roi, au pouvoir central. Le pouvoir central a concentré ce pouvoir et donc petit à petit, l’Etat, (le pouvoir central) a obligé tous les agents à accepter la monnaie qu’il mettait comme moyen de paiement. Le cours légal, c’est l’obligation d’accepter. Cela va généraliser la monnaie, on va avoir une monnaie unique qui sera la franc. L’Etat va contrôler tout cela mais derrière lui, c’est un certain nombre de banques, d’institutions qui fabriquent la monnaie. On a là aussi une concentration du pouvoir. La banque de France a eu ce pouvoir central au fil du temps. La monnaie continue à avoir un lien avec ces métaux précieux mais ce qui est caractéristique c’est que le pouvoir central petit à petit va abuser de ce privilège et il va faire les mêmes pièces en argent mais avec moins de teneur en or et en argent dans les pièces (surtout quand on dénote une faiblesse dans l’économie).
Aujourd’hui les pièces actuelles n’ont plus du tout de métal précieux, la valeur intrinsèque des pièces est nulle, il ne   reste juste qu’une valeur d’usage. La monnaie est utile par la fonction qu’elle remplit.
Dans des pays où la monnaie ne remplit plus ces fonctions, elle ne vaut rien et on voit très vite disparaître pièces et billets. Pendant très longtemps jusqu’au 18eme siècle l’essentiel de la monnaie était constitué de pièces émises sur base de métaux précieux.

         C) le billet de banque : naissance de la banque ?

On compte 3 stades dans l’élaboration du billet de banque :

              a- Billet certificat

Au Moyen-Age, on a une certaine dominante des métaux précieux mais tout de même, quelques problèmes dans le transport à cause du poids et problème de la sécurité. Pour le particulier ce n’est pas vraiment un problème, mais pour les commerçants il y a   beaucoup de problèmes. On a alors vu naître des certificats d’or ou d’argent qui avaient été déposés dans une banque. Ce qui va circuler dans les échanges ce ne sont plus les métaux précieux mais les certificats qui valaient possession de l’argent qu’ils représentaient. Cette méthode était plus simple mais déjà il faut que les commerçants puissent faire confiance à l’émetteur, alors on est vite passé au 2eme stade.

               b- Billet de banque convertit

Le billet a vite été réduit à la convertibilité car les banquiers ont constaté que les porteurs de certificats ne réclamaient pas tous en même temps la conversion en métaux. Les banquiers détenaient alors, des quantités de métaux inférieures à ce qui était nécessaire. Ils ont pris le risque d’émettre plus de billets qu’ils n’ont d’or et d’argent d’où l’instauration du mécanisme de crédit basé sur la confiance.  Le billet va devenir une vraie monnaie, des billets distincts de la monnaie métallique. En même temps on a une autre initiative, celle de Palmstruck : émettre des billets non sans contrepartie mais contre des effets de commerce. Le commerçant qui a des créances sur un autre commerçant remettait ses créances au banquier qui délivrait en échange des billets à ses clients. Le banquier a bien ici une promesse de paiement : c’est la procédure de l’escompte.

              c- Billet de banque inconvertible

Il s’agissait avant tout de faire tourner l’économie mais demeure toujours la tentation d’utiliser la monnaie pour relancer l’économie (tentation de la part du banquier de multiplier les billets pour faciliter les échanges). En période normale, tout est parfait mais dès que surgit une crise et que dans ce système, les porteurs de billets sont amenés à venir de façon lascive, pour demander la conversion  en métal précieux, les banques ne peuvent plus honorer les demandes, elles ferment les portes et laissent les clients dans la rue à faire la queue. Il y a beaucoup de faillites bancaires.
En France, l’expérience de John Law (sous Louis XIV: récession économique) propose d’émettre en grande quantité des billets remboursables à vue au porteur sous garantie de l’Etat. Cela crée de la panique. L’Etat crée le cour forcé des billets, il autorise les banques émettrices à ne plus échanger ces billets contre de la monnaie métallique. La population était obligée de conserver ses billets. La monnaie est déconnectée de sa contrepartie en or ou argent. Elle n’existe que par le fait qu’elle soit acceptée par tous les agents économiques comme moyen de paiement sous protection de la loi et garantie de l’État quant à la valeur de cette monnaie en terme de pouvoir d’achat.

D) La forme la plus évoluée de monnaie : monnaie scripturale
           a- définition

C’est lorsque les montants concernés n’existent que par inscription dans les comptes d’institution financière. Cette monnaie ne va circuler que par débit et crédit de compte des agents. Celui qui a auprès de sa banque un solde créditaire détient de la monnaie qu’il peut mobiliser par différent moyen, chéquier, carte bleue.
b- Avantages et inconvénients des simples jeux d’écriture dans une banque
Les avantages : pas de déplacement effectif des fonds ni d’objet représentatif des fonds. Pas de nécessité de rencontre entre débiteur et créancier et facilité de fournir des preuves de paiement à travers la comptabilité des banques. Le paiement effectif n’est pas réalisé au moment de l’acte d’achat ou de vente mais a posteriori. On donne l’ordre à la banque de virer d’un compte sur l’autre mais il faut encore que l’ordre soit exécuté. Quand il n’y a plus d’argent sur le compte cela ne se fait pas. Le risque de perte ou de vol de l’argent reste très limité.
Les inconvénients : tout repose sur la confiance que l’on doit faire à sa banque et au système financier. Les écritures entrent directement dans le bilan de la banque et de l’argent que l’on cède à la banque elle en devient le propriétaire et peut en faire ce qu’elle veut. La banque contracte une exigibilité à vue c’est-à-dire une obligation de mobiliser les fonds qu’on lui a remis à tous moments et de façon immédiate. Cette monnaie scripturale existe depuis très longtemps. Les égyptiens par exemple tenaient les écritures en débit et en crédit entre deux personnes.

  3) Des fonctions de la monnaie à sa forme actuelle

           A) Les fonctions de la monnaie

On doit ses fonctions à Aristote qui les a expliquées le premier. La monnaie remplie trois grandes fonctions :
– fonction d’unicité de compte
– fonction de moyen de paiement
– fonction de réserve de valeur

            a- Monnaie comme unité de compte

La monnaie est considérée comme un étalon, numéraire ou mesure des valeurs. La monnaie est un instrument de mesure de la valeur relative des biens hétérogènes. Derrière la monnaie, il a l’idée de prix d’un bien et donc rapport d’échange cette fonction d’unicité de compte peut exister sans que les deux autre fonctions existent. Ex : le franc

             b- Monnaie comme moyen de paiement

La monnaie est un instrument de règlement des transactions acceptée en contrepartie d’un achat ou pour l’extinction d’une dette et ceci de façon immédiate et définitive. Elle a un pouvoir libératoire. Cette utilisation de la monnaie a une limite qui est l’espace de souveraineté des autorités qui l’émettent. La loi ne protège que les transactions qui se font dans l’espace de souveraineté.
Ex : la BCE en Europe.

              c- Monnaie comme réserve de valeur

On dit aussi instrument d’épargne. La monnaie doit conserver son pouvoir d’achat entre deux transactions. Elle doit conserver sa valeur. Il faut donc contrôler la hausse des prix (=inflation). Si la monnaie perd cette fonction, elle va être considérée comme un objet économique qui remplit simultanément ces trois fonctions. Avant toute transaction il faut qu’on puisse mesurer la valeur de la monnaie et l’unité de compte mais il faut ensuite que la monnaie garde sa valeur.

            B) Forme actuelle de la monnaie

Il n’existe aujourd’hui que deux formes de monnaie :

                a- Monnaie manuelle ou fiduciaire

Cette monnaie est un héritage du passé qui subsiste pour des raisons d’habitude, de commodité. Ce sont les pièces métalliques et billets. Les pièces métalliques sont une forme « dégénérée » des anciennes pièces d’or ou d’argent. Leur valeur faciale est totalement déconnectée de leur valeur intrinsèque. On les conserve pour les transactions de faible montant pour faire l’appoint. Aujourd’hui un système se met en place pour servir de système d’appoint. C’est le portemonnaie électronique. Les billets ne sont émis que par la banque de France. C’est un privilège qu’elle a depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Basculement franc/euro en janvier 2002. C’est une forme en voix d’extinction ou plutôt qui perd en volume et avec l’avènement de la monnaie électronique, la monnaie manuelle ne représentera plus d’ici quelques années qu’un pourcentage faible. On essaie d’introduire la monnaie électronique dans le public depuis la fin des années 90 mais elle a du mal à se développer vraiment. Aujourd’hui, selon le pays, la monnaie manuelle représente entre 10 et 20% de l’ensemble de la monnaie qui circule.

                 b- Monnaie scripturale et ses supports

Elle représente 90% du total de la monnaie qui circule. C’est la monnaie qui n’existe qu’en vertu des écritures dans le compte des instituts financiers. Ce sont surtout des dépôts à vue dans les banques que l’on peut mobiliser pour tel ou tel bénéficiaire. Ces caractéristiques n’ont pas changé depuis des années, ce qui change c’est le support, les moyens de paiement de la monnaie scripturale. Un support est un élément qui va permettre au détenteur de la monnaie scripturale de donner à sa banque l’ordre d’écriture, de mobilisation d’un certain montant au profit d’un bénéficiaire. Si l’ordre est exécuté, le paiement se fait.
Support de la monnaie scripturale : Dématérialisation et diversification.
Dématérialisation : on a de moins en moins affaire à une transmission matérielle entre le donneur d’ordre et le bénéficiaire. La transmission entre établissements financiers se réalise de façon quasi totalement électronique (image chèque).
Diversification : on a rajouté petit à petit des supports de paiement. On teste aujourd’hui des systèmes de paiement avec le portable, juste sans aucun contact entre le bénéficiaire et le donneur d’ordre. Mais on ne peut se permettre de faire cela que si le moyen de paiement est fiable à 100%, aucune fraude.
On peut distinguer 5 supports différents :
Le chèque : forme la plus traditionnelle, ancienne de mobilisation de la monnaie scripturale où l’on retrouve le donneur d’ordre (un tireur) qui détient le chèque, le bénéficiaire, et le tiré soit l’exécuteur d’ordre soit, la banque.   La législation impose, que ce soit le bénéficiaire ultime du chèque, qui figure sur le chèque. De plus, la législation exerce un durcissement extrêmement fort sur les chèques sans provision (c‘est comme si on utilisait de la fausse monnaie). Le chèque n’est endossable qu’au profit de la banque. De nos jours, le chèque  représente moins de la moitié de la monnaie scripturale. Celui-ci, rencontre plusieurs contraintes pour les professionnels : problème de sa gratuité pour les clients (alors que le traitement d’un chèque s’élève de 5 à 10 € ). On voudrait tendre à une rationalité des coûts.
La carte de paiement : elle fait son apparition en 1967 sur le territoire mais au début elle ne fonctionne pas bien. 2 éléments ont boosté son usage : L’autorisation de retrait d’espèce avec la carte de paiement   devient possible avec la mise en place DAB. (1984 : création de l’interbancarité ) et l’interbancarité : on peut retirer du liquide sur un distributeur de billet appartenant à une autre banque que la notre mais cela a un coût. Il y a une multiplication des services associés à la carte bancaire, bien souvent on a un contrat d’assurance derrière notre carte (ex : american express). Plus récemment on note l’apparition d’une puce sur la carte pour assurer la sécurité et l’identification du paiement.
Les virements : débit direct d’un compte associé au crédit d’un autre compte totalement identifié. Deux supports de présentation se distinguent : formule papier formalisé,  et celui totalement électronique à partir de la banque en ligne. Aujourd’hui les virements représentent entre 5 et 10 % des paiements en monnaie scripturale
Les prélèvements automatiques et TIP : le donneur d’ordre autorise le bénéficiaire à prélever directement sur son compte la somme qu’il considèrera, lui bénéficiaire,  comme justifiée. La seule obligation qu’a le bénéficiaire, est d’informer le donneur d’ordre initial de l’opération. Il faut que le détenteur du compte ait une confiance totale dans le bénéficiaire. A tout moment, on peut suspendre l’autorisation de prélèvement mais on préfère tout de même le TIP. Le Titre Interbancaire de Paiement, quant à lui, est une autorisation ponctuelle, précise, de prélèvement sur le compte. Une autorisation vérifiée au préalable.  Le TIP fait son apparition dès 1988, et est adopté par plusieurs établissements, car il représente une sécurité pour le payeur et une rapidité pour le bénéficiaire.
La monnaie électronique : terme réservé à des supports électroniques, qui eux mêmes vont contenir une véritable capacité de paiement. Le type même de monnaie électronique est représenté par le PME, porte monnaie électronique. Ce dernier, lancé dès 1997, consiste en une carte contenant une puce électronique sur laquelle on a transféré de la monnaie scripturale. On pourrait dire qu’il s’agit d’une nouvelle monnaie, qui n’est ni manuelle, ni un support scriptural. En réalité, ce porte monnaie électronique est totalement contrôlé par les banques, et le compte bancaire. La monnaie électronique ne représente pas tant une nouvelle forme de monnaie, qu’un nouveau support de la monnaie scripturale.

  4) La mesure de la quantité de monnaie dans une économie : les agrégats monétaires

A) Définitions et qualités requises des agrégats
                a- Définitions

On va appeler agrégat monétaire ou encore masse monétaire, l’ensemble des possibilités de paiements détenus par les agents non financiers. On va pouvoir distinguer les agrégats monétaires au sens strict ou masse monétaire au sens large.
Au sens strict, il s’agit de l’ensemble des moyens de paiements détenus par les agents non financiers résidents (pas les banques et institutions financières). Les moyens de paiements sont alors des actifs qui peuvent être directement transférables à d’autres agents, (monnaie manuelle et scripturale).
Au sens large, on appellera masse monétaire, les agents monétaires auxquels on ajoute les actifs financiers détenus par les agents non financiers qui peuvent être convertis rapidement et facilement en moyens de paiements, sans risques importants de pertes en capital.
=> livret d’épargne, comptes d’épargne, portefeuille d’obligations …
Il faut savoir distinguer une réserve de paiements, d’une réserve de placements.

                 b- Plusieurs qualités nécessaires

Fiabilité : mesurer de façon rigoureuse et qualité d’information irréprochable.
Disponibilité : les autorités doivent disposer des chiffres de la masse monétaire dans des délais rapides.
Représentativité : devoir de refléter les possibilités de paiement des agents non financiers.

B) Les critères de constructions des agrégats

Le critère majeur de construction des agrégats est le critère de liquidité.

             a- La prééminence du critère de liquidité

Liquidité : capacité d’un actif à être converti rapidement en moyen de paiement. Pour un actif, nous parlerons de degré de liquidité. Nous classerons la capacité de liquidité des actifs, le degré de liquidité des actifs de façon décroissante. A ce critère de liquidité, on fixe des barrières. Ce critère de liquidité ne suffit pas, car malgré les efforts importants à l’époque pour trouver une mesure précise de liquidité, on ne sait pas ranger les actifs financiers strictement sous ce critère.

             b- Des critères complémentaires

On distingue 3 critères complémentaires :
– critère de maturité, de durée : il concerne l’échéance de l’actif
– critère de stabilité (on observe si l’actif en question fait ou non, dans le temps, l’objet de conversion en liquidité). Ex : plan épargne logement, Est-ce que les gens y touchent ou non et s’en servent pour payer, sinon on le retire des agrégats.
– critère institutionnel   (on regarde l’institution qui a émis ou qui gère cet actif pour déterminer si un actif est monétaire ou non. Historiquement c’est le critère majeur. Il est émis par une banque donc c’est un agrégat monétaire, les assurances ne sont pas des agrégats). Aujourd’hui les 2 premiers sont plus importants.

C) évolution et contenu actuel des principaux agrégats
              a- le contexte historique

1995 : embryon de la BCE appelé IME (Institue Monétaire Européen), réfléchit à une monnaie unique, amenant l’idée de la création d’une banque unique et donc une mesure d’agrégat unique.
A l’époque, 11 pays participent aux négociations de la monnaie unique, 11 pays qui ont des pratiques différentes des agrégats et chaque pays a des actifs financiers très hétérogènes. Ils tentent alors de se doter de critères, normes pour pouvoir englober l’ensemble des actifs et pratiques. On note la mise en place de ces agrégats en même temps que la création de la BCE et en même temps que la création de la monnaie unique, en 1999.
Janvier 99 => les systèmes bancaires passent à l’euro sans qu’il ne circule. Apparaît alors le double étiquetage, quelques chèques en euro… mais il fallait définir des agrégats. (tab 1 de cours)

2) les agrégats

Les agrégats sont dits emboîtés
M1 => monnaie au sens strict, pour M1 tout le monde est d’accord => billets et dépôts à vue
M1 est emboîté dans M2 qui inclut en plus des pièces et des billets, des dépôts de court terme qui sont souvent rémunérés mais vite transformables en moyen de paiement également. Ex : le livret A
M1
M2 = M1 + autres dépôts de court terme
M3 = M2 + actifs négociables de court terme
M3 va plus loin que M2 car on ajoute des actifs négociables, surtout des titres de créances que l’on va pouvoir revendre sur des marchés de court terme.
M2 – M1   = actifs gérés par les banques M3 = actifs de marchés
Critère institutionnel : M1 M2, actif géré par les banques
M3, actifs de marché, titres négociés de court terme
Les agrégats européens excluent tout actif d’une durée supérieure à 2 ans selon le critère de durée. Ce qui fait de la monnaie, c’est sa capacité de pouvoir d’achat, aucun risque de perte de capital.
Conclusion : la valeur de la monnaie (interne, externe)
Valeur interne : valeur de la monnaie donnée par la préservation de son pouvoir d’achat, et donc en évitant une hausse successive des prix, l’inflation on le préserve. Le rôle fondamental d’une banque centrale est d’assurer la stabilité des prix en maîtrisant l’inflation.
Valeur externe : on doit préserver la capacité d’achat de la monnaie nationale par rapport aux autres monnaies, devises. L’euro est une parité suffisamment forte par rapport au dollar, au yen, au yuan.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*