Nouveau Cours
Accueil » Cours Gestion » La gestion budgétaire des approvisionnements

La gestion budgétaire des approvisionnements

Cours gestion budgétaire => La gestion budgétaire des approvisionnements
Chapitre 3 : La gestion budgétaire des approvisionnements
L’existence du stock est nécessaire pour concilier des objectifs contradictoires entre :

  • les impératifs des fournisseurs et ceux de la production pour les matières premières;
  • la fabrication et la vente dans le cas des produits f

La gestion prévisionnelle des approvisionnements s’organise en deux étapes liées :

  • une phase de prévision des approvisionnements nécessaires compte tenu des modes de gestion des stocks retenus par l’entreprise et des hypothèses de consommat
  • Une phase de valorisation qui conduit à l’élaboration des budgets

I les fondements économiques de la gestion des stocks :
Le rôle de la fonction d’approvisionnement peut être défini comme l’obligation de fournir les matières premières en quantité et qualité suffisantes, au moment voulu et au coût le plus bas.
1.1 les coûts engendrés par les stocks :
3
1.2 Méthodes de suivi administratif des stocks :
L’objectif de ces méthodes est de déterminer les stocks qui feront l’objet d’un suivi précis de la part des services approvisionnement. Il s’agit de classer les articles stockés par valeur décroissante exprimée en pourcentage.
Un petit nombre d’articles représente une part très importante en valeur alors que le reste des articles représente une valeur faible. Cela conduit à classer les articles en groupes qui feront l’objet d’un suivi identique des stocks. En général, deux ou trois groupes sont retenus :

  • Méthode des 20/80 :

Selon cette méthode, 20% des articles en nombre représente 80% des articles en valeur, par conséquent ils seront suivis de près afin de limiter le coût de leur gestion. Les autres articles subiront une gestion plus souple.

  • Méthode ABC :

La classification des articles s’effectue comme suit :

Groupes d’articles % de consommation en nombre % de consommation en valeur
Groupe A 10% 65%
Groupe B 25% 25%
Groupe C 65% 10%

Le groupe A va subir un contrôle très précis, alors que le groupe B sera géré de façon plus souple et pour le groupe C, il suffit d’éviter la rupture du stock.

II les modèles de gestion des stocks :

Une gestion optimale des stocks suppose la maîtrise de la cadence d’approvisionnement, les
délais de livraison et les niveaux de sécurité pour limiter les risques de rupture.
Devant la multiplicité des modèles de gestion des stocks, nous nous contenterons de traiter le modèle de Wilson en avenir certain.
Au préalable, nous définirons les concepts clés de la gestion des stocks.

2.1 Les concepts clés :

a- le stock actif (SA) :

C’est la quantité qui entre en stock à chaque livraison et qui est consommée. On l’appelle aussi « quantité économique ».
Soit  C  la  consommation  annuelle  d’une  matière,  le  stock  actif  dépend  de  la  cadence d’approvisionnement et est égal à :

Nombre d’approvisionnements (N) 1 2 3
Niveau du stock actif (SA)
Niveau du stock moyen (SM)
C
C/2
C/2
C/4
C/3
C/6

Le niveau du stock actif décroît en fonction du nombre des commandes. Par conséquent, plus un stock actif est faible et plus le coût de possession du stock est peu important alors que le coût d’obtention des commandes est majoré.

b- le stock de sécurité (SS) :

Le stock de sécurité a pour objectif de faire face à une accélération de la consommation pendant le délai de réapprovisionnement et de faire face à un allongement du délai de livraison (retard).
Exemple : soit un stock actif mensuel de 300 produits, un délai de livraison de 10 jours et un stock de sécurité de 150 produits.
Accélération possible de la consommation : en 10 jours, il est possible de consommer 150 produits, donc la consommation peut être de 15 pdts/jours contre 10 en cas normal (300 pdts pour 30 jours) soit une accélération de 50%.
Retard possible de livraison : en supposant la consommation normale (10pdts/jours), le stock de sécurité permet de tenir 15 jours supplémentaires.

c–  le stock de réapprovisionnement (SR) :

C’est le niveau du stock qui entraîne le déclenchement de la commande. Il inclut le stock de sécurité s’il existe.
Il est égal à la consommation pendant le délai de livraison plus le stock de sécurité. SR = (vitesse de consom. * délai de livraison) + SS
SR est aussi appelé stock d’alerte, stock critique ou point de commande.
Exemple : soit un stock actif mensuel de 300 produits, un stock de sécurité de 50 produits, quel est le stock de réapprovisionnement selon que le délai de livraison est de 10 jours ou de 35 jours ?

  • délai de 10 jours : le délai de livraison est inférieur au délai de consommation . SR = (10 pdts /jours *10 jours ) + 50 = 150 produi
  • Délai de 35 jours : le délai de livraison est supérieur au délai de consomma SR = (10 pdts /jours * 35)+50-300 = 100 produits.

Chaque fois que le stock atteindra le niveau du stock de réapprovisionnement, l’entreprise déclenchera une commande.

2.2 le modèle de Wilson :

Il s’agit de déterminer la quantité économique qui minimise le coût de gestion du stock afin de permettre l’automatisation des procédures de réapprovisionnement.
Le modèle peut être schématisé comme suit :

Objectifs
Minimiser le coût de gestion du stock qui comprend :
–           coût d’obtention des commandes
–           coût de possession du stock
Hypothèses
–           ventes ou consommations régulières
–           docilité du fournisseur
–           unicité du tarif du fournisseur
Paramètres
–           C consommation annuelle en quantité
–           f coût d’obtention d’une commande
–           t taux de possession du stock /an
–           p coût d’un article stocké
Inconnus
–           Q quantité économique
Ou
–           N nombre de commandes avec N = C/Q

Formalisation du modèle :

  • Le coût d’obtention des commandes, noté K1 K1= f * N et comme N=C/Q alors

K1 =f * C/Q

  • Le coût de possession des stocks, noté K2
  • Si l’approvisionnement est égal à Q en début de période, le stock initial sera égal à Q et le stock final à 0 et sachant que : SM = Q/2, on peut écrire que K2 =Q/2*p*t

Le coût de gestion du stock s’écrit :
K1+K2 =K = (f*C/Q) + (Q/2*p*t)
Solution du modèle :
Le coût de gestion K est minimum pour une valeur Q*= 3
La cadence d’approvisionnement optimale N*=C/Q*
Et pour cette valeur Q*, le coût de gestion du stock est minimum et est égal à :
K*= 5
III – la budgétisation des approvisionnements :
Cette budgétisation doit faire apparaître chaque mois l’échelonnement des prévisions en termes de commandes, de livraison, de consommation et de niveau de stock.
L’entreprise doit choisir entre une gestion calendaire ou une gestion à point de commande : ce choix peut être différent selon les articles. Il entraîne deux modes de budgétisation :

  • une budgétisation par périodes constantes,
  • une budgétisation par quantités constantes.

3-1 La budgétisation par périodes constantes

: exemple :
Soit un produit dont les prévisions de consommation pour les 6 mois à venir sont :

Mois janvier février mars avril mai juin
Quantités 800 1200 1800 2400 1000 800
Quantités cumulées 800 2000 3800 6200 7200 8000

 

Le stock initial au 1er janvier est de 800 produits, le coût d’obtention d’une commande est de 1000 dh, le prix d’une unité est de 40dh et le taux de possession du stock sur la période est de 10%. Le délai de livraison est de 15 jours et l’on souhaite un stock de sécurité égal à 15 jours de consommation à venir.
Calcul des paramètres optimaux :
– quantité économique Q*=    2*8000*1000/40*10%=2000
–   N*= 8000/2000=4commandes.
T*=6mois/4=1mois et demi
Il y aura donc 4 livraisons – commandes espacées d’un mois et demi.
a-  la méthode graphique :
Dans un repère où l’axe des x représente le temps exprimé en mois et l’axe des y les quantités cumulées, traçons les consommations cumulées.
Le stock initial étant de 800 produits, et compte tenu des consommations cumulées, il y a risque de rupture à fin janvier. Il est donc nécessaire de prévoir une livraison au 15 janvier  pour respecter la valeur du stock de sécurité (15 jours de consommation). Cette date détermine les autres livraisons compte tenu de la cadence fixée : 1 mois et demi; donc 1er mars, 15 avril et 1er juin.
Il reste à déterminer les quantités à commander : elles doivent couvrir la consommation du mois et demi qui suit la date où il y a risque de rupture de stock c’est à dire le 15 mars, le 1er mai et le 15 juin.
Exemple : Risque de rupture fin janvier
1 mois et demi de consommation = cons. De février + la moitié de la cons. de mars.
b-  la méthode comptable : le budget des approvisionnements.
Le budget en quantité peut être établi ainsi :

mois janvier février mars avril mai juin
Date de commande 1er 15 1er 15
Stock initial 800 2100 900 2400 1400 400
livraisons 2100 3300 1400 400+x
consommation 800 1200 1800 2400 1000 800
Stock final 2100 900 2400 1400 400 x

3.2 la budgétisation par quantités constantes :

Dans ce cas il y aurait quatre commandes de 2000 produits à intervalles irréguliers. Il s’agit de déterminer à quelle date.

  • la méthode graphique :

Pour simplifier la recherche des dates, les mois sont de quatre semaines. La démarche est :
Le stock initial est de 800. Il y a risque de rupture à fin janvier, il faut donc une livraison de 2000 produits au 15 janvier.
Cette entrée permet de tenir jusqu’à mi-mars : compte tenu du délai de sécurité, il faut une livraison de 2000 pdts au début de mars… etc.

  • la méthode comptable : le budget des approvisionneme
mois janvier février mars avril mai juin
Date de commande 1er 15 15 15
Stock initial 800 2000 800 1000 600 1600
livraisons 2000 2000 2000 2000
consommation 800 1200 1800 2400 1000 800
Stock final 2000 800 1000 600 1400 800

 
L’état des stocks obtenus dans ces budgets, ainsi que les dates de commandes et de livraisons sont de la responsabilité des services des approvisionnements. Pour respecter ces contraintes, ils doivent mettre en œuvre des moyens (effectifs, locaux et frais divers) qui sont regroupés dans un budget de fonctionnement.

3-3 Le budget des services des approvisionnements :

Ce budget recense tous les moyens nécessaires pour permettre l’activité du service (effectifs, services extérieurs assurance, électricité…, transports et amortissement des locaux). Ces éléments sont souvent regroupés en deux fonctions principales :

  • Les achats dont le rôle est la recherche des fournisseurs, la passation et le suivi des commandes et les tâches administratives de la gestion des stocks;
  • Le magasinage qui assure le contrôle et le gardiennage des articles stockés

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*