Nouveau Cours
Accueil » Cours Management » L’école du management scientifique

L’école du management scientifique

Cours management : L’école du management scientifique
La pensée managériale a connu un essor judicieux grâce aux rapports de recherches multidisciplinaires, en économie, comptabilité, psycho-sociologie.
Pour mieux saisir le concept du management, il est nécessaire de passer en revue les différentes Ecoles.
Ces théories sont nées des problèmes d’administration rencontrés dans la grande entreprise.
CH I : L’ECOLE DU MANAGEMENT SCIENTIFIQUE :
Appelée aussi, école classique, car c’est à partir d’elle qu’apparaît une littérature consacrée à l’entreprise au début du 20e siècle.
Ce courant est apparu dans un contexte économique sociologique et intellectuel particulier. En effet concurremment (déploiement) industriel, la volonté de rationalisation des organisations de travail, prend un caractère scientifique à partir du début du 20e siècle.
Section I : Frédéric TAYLOR e t l’organisation du travail  :
Taylor (1856-1915)  considère que pour obtenir le maximum du facteur travail, il faut une division des tâches. Il veut lutter contre les gaspillages du temps, d’argent et de matière, en ayant recours à une méthode scientifique.
Taylor est le fondateur de l’OST (Organisation Scientifique du Travail). Son principal objectif, est d’assurer le maximum de prospérité, pour l’employeur et pour chaque salarié.
Cette prospérité dépond de la productivité de chacun. Taylor énonce les principes d’organisation suivants :

  • Distinction entre la conception et l’exécution : l’étude scientifique du travail doit être effectuée par des spécialistes qui définissent les processus opératoires des lois économiques et le travail que doit fournir l’ouvrier.
  • Division du travail : elle entraine la parcellisation des tâches. Plus la tâche est simple, plus l’apprentissage est rapide.
  • Étude des temps et des mouvements : c’est à dire le chronométrage.
  • Le mythe « one best way » : c’est le mythe taylorien selon lequel il existe pour faire un travail déterminé une seule manière, celle connue par les concepteurs. C’est la façon la plus rationnelle de produire.

Le système taylorien se présente comme un effort de rationalisation, de l’organisation du travail, sa conception de l’homme au travail et celle de l’Homo-Economicus motivé par les seuls gains monétaires. Par conséquent, la rémunération doit être à la pièce, à fin de le motiver à produire toujours davantage.
Le Taylorisme se prolongera aux Etats-Unis avec le Fordisme et le travail à la chaîne. Mais cette OST conduit à de nombreux dysfonctionnements :

  • Mauvaise qualité du travail ;
  • Retards et absentéisme ;
  • Grèves.

Une grande part de ces dysfonctionnements est due à l’absence de prise en compte à la fois de l’homme en tant qu’individu, et de l’homme faisant partie intégrante d’un groupe sociale.
En effet, ce sont des groupes eux même qui feront la proposition d’amélioration de la production sans qu’il y ait besoin au préalable d’une initiative du management
Section II : Fayol et les principes d’administration 
Alors que Taylor investi ses énergies sur l’ingénierie industrielle, en vue de l’utilisation optimale des facteurs de production.
Henry Fayol (1841-1925) le français, consacre ses réflexions au travail de la haute direction, dans son ouvrage « Administration Industrielle et Générale », Fayol est le premier à identifier les six fonctions clés du management :

  1. Fonction technique ;
  2. Fonction commerciale ;
  3. Fonction financière ;
  4. Fonction de sécurité ;
  5. Fonction comptable ;
  6. Fonction administrative.

Pour Fayol, il faut organiser les tâches quotidiennes avec le maximum de sécurité, en ayant recours à des axes de communication précise entre les individus et entre les services. Cela conduit aux principes suivants :

  • Codification des  fonctions  du  chef : planifier,  organiser,  commander,  coordonner  et contrôler.
  • La hiérarchie linaire.
  • L’unité de commandement.
  • La centralisation des décisions.

Par ailleurs, Fayol conseil d’appliquer avec mesure ces principes quand on fait le métier de gestionnaire au plus haut niveau.
En conclusion, on relève que l’Ecole classique a connu plutôt un échec dans son application.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*