Nouveau Cours
Accueil » Cours Management » L'école sociale du management

L'école sociale du management

Cours management – L’école sociale du management
CH II – L’école sociale du management :
En réaction à l’échec de l’école classique, l’école sociale apporte avec, essentiellement les mouvements des relations humaines.

Section I : L’école de relations humaines  :

Ce courant débute vers les années 1930 aux Etats-Unis par une prise de conscience profonde des variables psychologiques et sociologiques du milieu industriel lors des recherches de l’économiste Etton Mayo (1880-1949) alors Western Electric de Hawthorn de Chicago.
Les conclusions : proposent une conception relationnelle de la situation de travail.
Aux yeux des psychologues industriels, la base essentielle de l’organisation revient à la cellule sociale de travail qui a son propre dynamisme, ses valeurs, ses buts, ses normes, sa statut et ses rôles, le tout opérant de façon plus conforme avec l’organisation formelle.
On découvre l’influence considérable, que le réseau de relations sociales exerce sur la motivation, la satisfaction et la productivité du travail.
Une série de mesures sociales sont recommandées à fin de donner un sens au travail et développer des sentiments positifs chez les ouvriers.
On passe d’une conception de l’homme économique à l’homme social.
La contribution de Mayo ajoutant à la pensée managériale, elle a révélé l’importance des émotions, les réactions, du respect humain pour diriger les individus. Elle a mis l’accent sur l’importance de la communication (Dirigeant /Employé).
Cependant, ce courant ne remet pas en cause les structures formelles et les modes de fonctionnement des organisations. Il cherche juste à réduire les tensions psychologiques pour mieux intégrer les salariés à l’entreprise.

Section II : Les apports de Maslow :

Au lendemain de la deuxième guerre mondiale, la conception relationnelle du travail prend une nouvelle tenue en se complétant par les dimensions actualisantes et épanouissantes. L’économie des sciences sociales se fait de façon accélérée. Les facteurs motivationnels se définissent suivant une échelle ramifiée de besoins.
Selon Maslow, la satisfaction des catégories sociales, se réalise par l’exercice d’un travail significatif, mais aussi par de la considération, estime Herzberg.
Maslow s’est intéressé en fait à la satisfaction des besoins des individus en définissant une hiérarchisation de ces besoins en cinq catégories :

  • Besoins physiologiques ;
  • Besoins de sécurité ;
  • Besoins d’appartenance ;
  • Besoins d’estime ;
  • Besoins d’accomplissement.

Ces besoins hiérarchisés doivent être pris en compte par l’entreprise. Un besoin de niveau 2 ne peut être satisfait que si ceux de niveau 1 le sont totalement.
mots clés : L’école sociale du management

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*