Nouveau Cours
Accueil » Cours Finance » Les documents de Synthèse

Les documents de Synthèse

Cours Analyse financière => Les documents de Synthèse
Télécharger les documents de synthèse pdf :

Les documents de synthèses

Chapitre 1 : Les documents de Synthèse : le CR, le Bilan Introduction

Le bilan et le CR sont établies en fin d’exercice et matérialise l’ensemble des opérations réalisées au cour de l’activité. Ces documents sont un outils de diagnostics financier c’est pour cette raison que le CPG et le code de commerce exige que ces documents soit fidèle et sincère et traduise la situation financière de l’entreprise. La fidélité et la sincérité des comptes annuels passe par le respect des normes et des principes comptables appliqués en France.
Le principe du coût historique
Les biens qui figurent dans le bilan sont reporté à leur prix d’acquisition quelque soit leur valeurs sur le marché.
Le principe de prudence
Les entreprise ont l’obligation de constaté en comptabilité les moins value latente affectant les éléments de son patrimoine (ex : dotation au provision) par contre dans le cas d’une plus value latente aucune conséquence comptable ne doit être relevé.
le principe de permanence des méthodes
Ces méthodes sont utilisé pour constaté la dépréciation des éléments du patrimoine (amortissement, provision, etc.) et pour l’évaluation des stock en fin d’année. L’entreprise ne peut donc, sauf situation exceptionnel, changer les méthode retenu pour constaté la dépréciation et pour l’évaluation des stocks.
Le principe de séparation ou de spécialisation de l’exercice comptable
Les charges et les produits comptabilisés au cour de l’exercice doivent être exclusivement rattaché à l’exercice auquel il se rapporte. Mais il arrive que certaines charges et certains produits s’étendent au-delà de l’exercice comptable : un ajustement symbole ; ce qui va permettre l’apparition des charges constaté d’avance et des produits constaté d’avance (produit à recevoir).
Le principe de non compensation
Les dettes et les créances ne peuvent être compensé même si il s’agit du même interlocuteur.
Composition du Compte de Résultat
C’est l’instrument de mesure de l’activité de l’entreprise, c’est à partir de ce compte qu’est calculé le résultat de l’entreprise. Les produits représentent les revenus ou les ressources et les charges représentent les emplois. REMARQUE : il y a des éléments au niveau du Compte qui ne peuvent pas être représenté par une variation de la trésorerie ce sont des éléments calculés sans impact sur la trésorerie (dotation aux amortissement et aux provisions ; les reprises sur provisions, etc.) alors que toutes les autres opération représente un variation de la trésorerie.
Le compte de résultat présente 3 grandes rubriques :
La rubrique d’exploitation
Le CR comprend d’une part des produits ou revenu d’activités d’autres parts des charges ou dépenses engagé aux cours d’exercices.
S’agissant des produits on distingue :
des  produits  encaissables  (ventes ;  entrée  d’argent au  niveau  de  la  trésorerie  de l’entreprise). des produits calculés (reprises de provisions qui va augmenter les produits de CR mais ne sont pas une entrée d’argent).
Les charges font l’objet de la même répartition que les produit. On distingue :
les charges décaissables (achats).
les charges calculées (les dotations aux amortissements).
Le compte exploitation représente les éléments liés à l’activité principale de l’entreprise et sont en relation avec l’objet de l’entreprise. En principe le résultat d’exploitation doit être celui qui assure la pérennité de l’entreprise. Ils doivent représenter la fraction la plus importante du résultat de l’exercice. Mais une étude plus approfondie de l’exploitation nous permet de constater que le résultat d’exploitation sera influencé par la politique d’amortissement et de provisions de l’entreprise.
Les produits d’exploitation
Le chiffres d’affaire net
Il convient de faire une différence entre une entreprise commerciale et une entreprise industrielle. Le CA de l’entreprise commercial est représenté par les ventes de marchandises. Alors que celui de l’entreprise industrielle peut être décliné en une vente de bien ou une vente de service.
La production stocké
C’est l différence entre le stock finale des produits fabriqué par l’entreprise et non encore commercialisé et le stock initiale qui provient de l’exercice précédent.
Lorsque cette différence est négative, on parle de déstockage ce qui signifie que l’entreprise à vendu plus que ce qu’elle a fabriqué et lorsque cette différence est positive elle traduit l’augmentation des stocks d’une année à une autre (les produits fabriqué au cour de l’exercice n’ont pas été tous vendu.).
Les reprises sur amortissement et provisions
Il s’agit essentiellement de l’annulation des provisions initialement constatées et leur importance peut influencer le résultat d’exploitation sans que cela soit pour l’entreprise un enrichissement réel.
Les charges d’exploitation
Les achats de marchandises
Cette opération ne concerne que les entreprises commerciales.
Les achats de matières première et autre approvisionnement
Les matières première sont acheté par l’entreprise industriel afin d’être transformé en produit fini. L’approvisionnement représente fournitures non stockables et les dépenses d’énergie
Les  dépenses  de  variations  de  stocks  d’énergie  et  de matière première
La variation traduit l’écart d’évolution des articles en stocks d’une période à une autre. La variation de stock se défini au niveau des charges : stocks initiale – stocks finale. Lorsqu’elle est positive c’est un déstockage et inversement
Les impôts taxes et versement assimilé
Il s’agit pour l’essentiel des taxes calculées sur les salaires brut et les différentes taxes que l’entreprises supporte au cour de l’activité (ex : TVA, taxes professionnelles, droit d’enregistrement, timbres fiscaux, taxes foncières mais en aucun cas les Impôts sur les bénéfices.)
Les dotations aux amortissements
Ils traduisent la dépréciation des biens d’investissements lorsque l’entreprise a conservé les mêmes biens, ce montant est linéaire. Si les dotations augmentent par rapport à l’exercice précédent, il y a de nouveau investissement au niveau de l’entreprise.
Les charges et autres charges externes
Loyer, publicité, prime d’assurance, transport, charges de personnel (salaires, traitement, charges sociales) et les autres charges.
La rubrique financière
Elle traduit la politique financière de l’entreprise conséquence de son endettement et des revenus financiers qu’elle peut tirer de ses différentes participations. Le résultat financier qui en découle est considéré comme faisant parti des opérations courantes de l’entreprise.
Les produits financiers
Les produits financiers découlant des dividendes perçus  Ils  représentent  les  revenus  versés  à  l’entreprise  à  la  suite  du  résultat  bénéficiaire  des entreprises dont elle détient une partie ou la totalité du capital.
Les intérêts et autres produits assimilés
Ce sont les revenus et les intérêts des obligations ainsi que les escomptes obtenus.
Les reprises sur provisions
C’est l’annulation totale ou partielle de la dépréciation initialement constatée sur les titres possédés par l’entreprise.
Produit net sur cession des VMP
Ce sont les gains constatés à l’occasion de la cession des titres acquis afin d’optimiser la trésorerie de l’entreprise.
Les charges financières
Les dotations financières aux amortissements et provisions
Il s’agit de la perte latente constatée sur les titres en possession de l’entreprise.
Les intérêts et charges assimilées
Ce poste est constitué des intérêts supportés par l’entreprise sur les emprunts contractés afin de financer les investissements. Ces intérêts représentent donc le coût de l’emprunt. Les charges d’intérêts et le remboursement de l’emprunt représentent des prélèvements obligatoires. Il revient donc au résultat d’exploitation de supporter ces prélèvements obligatoires.
Les charges nettes sur cession des VMP
Ce sont les pertes constatées à la cession de VMP.
La rubrique exceptionnelle
Ces opérations représentent tous les éléments sans aucun lien direct avec l’activité principale de l’entreprise. Ce sont des éléments non renouvelables d’un exercice à l’autre et qui en règle générale sont la traduction d’une politique de désinvestissement.
Les produits exceptionnels
Les produits exceptionnels sur opération de gestion
Ce  sont  des  produits  encaissables  relatifs  aux  dommages  et  intérêts  perçus  (indemnité d’assurance, remboursement d’impôts…)
Les produits exceptionnels sur opérations en capital
Les PCEA (Produit de Cession des Eléments d’Actif).
Reprise sur provisions
Il s’agit de reprise de provisions initialement constituées pour procès par exemple
Les charges exceptionnelles
Les charges exceptionnelles sur opérations de gestions
Les amendes, les dommages et intérêts versés par l’entreprise…
Les charges exceptionnelles sur opérations en capital
La valeur comptable des éléments d’actifs cédés.
Les dotations exceptionnelles
Elles sont constituées en cas de risque (ex : procès intenté à l’entreprise).
Remarque
L’impôt sur les bénéfices et la participation des salariés ne sont calculés que si l’activité de l’entreprise est bénéficiaire c’est pourquoi ces postes ne font pas partie des rubriques principales.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*