Nouveau Cours
Accueil » Cours Economie » L'investissement

L'investissement

Cours Macroéconomie : l’investissementtélécharger cours pdf
Télécharger L’investissement pdf

L’investissement

CHAPITRE IV : L’INVESTISSEMENT
INTRODUCTION

  1. Définition de l’investissement

On entend par investissement l’acte qui consiste à acquérir des biens d’équipement durables destinés à accroître la production de biens et services dans le futur.
Les dépenses d’investissement représentent le montant total que :

  • les entreprises dépensent pour l’achat d’usines, d’outillages ou d’équipements ou pour le financement des études ;
  • les ménages consacrent à l’achat de biens immobiliers neufs ;
  • l’Etat consacre aux équipements collectifs

Mais dans ce chapitre, nous nous intéressons uniquement à l’investissement privé, et notamment celui des entreprises. L’investissement public sera intégré dans les dépenses publiques.
Remarques :

  • L’acquisition de valeurs mobilières (obligations, actions, …) est exclu. Il s’agit d’un simple transfert d’un élément d’actif (monnaie) vers un autre élément d’actif (actions).
  • Le produit de la revente de biens d’équipements ou de biens immobiliers est également exclu. Cet acte représente un simple transfert de propriété et ne constitue en aucun cas un accroissement de la capacité productive de l’économie considéré.
  • Il faut distinguer la formation brute de capital fixe (FBCF) de l’investissement (I). En effet :

I = FBCF + ΔSt (où ΔSt est la variation de stock)

  • Il faut également distinguer l’investissement brut (Ibt) de l’investissement net (Int). L’investissement net est égal à l’accroissement du stock de capital, alors que l’investissement brut intègre aussi les investissements de remplacement (les amortissements). Ces derniers servent à maintenir le stock de capital constant suite à sa dépréciation par usure physique ou par usure technologique (obsolescence). Le montant de l’amortissement est difficile à estimer, mais le plus souvent, on suppose qu’il représente une proportion constante du stock de capital de la période précédente. Si nous supposons que le stock de capital (K) se déprécie à un taux constant (δ), nous pouvons écrire :    Ibt = Int + Ατ = (Kt – Kt-1) + δ Kt-1

b)  Rôle de l’investissement
L’investissement joue un double rôle au sein de l’activité économique :

  • En tant que composante de la demande finale globale, l’investissement est, comme la consommation, une dépense et à ce titre, il peut soutenir l’activité économique indépendamment de l’usage concret auquel il est destiné.
  • Mais en tant que facteur de production, l’investissement est souvent considéré comme le moteur de la croissance économique dans la mesure où il accroît les capacités productives du pays et améliore sa productivité.

Partant de ces considérations, l’objet de ce chapitre est de déterminer les facteurs explicatifs de l’investissement. Cette tache n’est pas aisée dans la mesure où l’investissement résulte d’un choix relativement complexe où se mêlent des facteurs objectifs observables et mesurables, tel que le taux d’intérêt, et des facteurs subjectifs dont l’évaluation est difficile, telle que la confiance des milieux d’affaire.

Toutefois, tout en reconnaissant l’existence et l’importance de ces derniers facteurs, les économistes ne vont pas leur accorder beaucoup de place et vont mettre en avant, selon les écoles de pensée, un ou deux facteurs explicatifs objectifs. Les classiques se limitent au rôle fondamental du taux d’intérêt et Keynes introduit, en plus, la demande anticipée.
SECTION I – LA THEORIE KEYNESIENNE DE LA DEMANDE D’NVESTISSEMENT
La décision d’investissement est le fait du producteur qui décide de transformer des avoirs monétaires en actifs physiques, c’est-à-dire en biens d’équipement. Cette décision va dépendre, selon Keynes, du taux d’intérêt et du volume des ventes anticipé.
A)  LE ROLE DU TAUX D’INTERET DANS LA DECISION D’INVESTISSEMENT
Tout investissement doit être financé, soit par des fonds propres, soit par des emprunts. Et dans les deux cas, les intérêts représentent le coût rattaché à cet investissement. Et comme les entrepreneurs cherchent toujours la rentabilité financière, ils vont comparer ce coût avec le rendement du projet. Cette rentabilité peut être étudiée par référence au critère de la Valeur Actuelle Nette.
a)  L’approche de la VAN
La règle fondamentale en matière de décision d’investissement est celle de la valeur actuelle nette (VAN) qui consiste à comparer le coût et les recettes d’un projet d’investissement.
Lorsqu’un entrepreneur étudie une opportunité d’investissement, il se trouve en présence de deux groupes d’éléments.

  • Une dépense d’investissement (I0) à engager immédiatement pour l’acquisition de biens d’équipement dont la durée de vie est de (n) années.
  • Des recettes futures nettes (RN) attendues résultant de la vente des produits obtenus grâce à l’investissement considéré sur toute sa durée de vie.

Soit donc RN1, RN2, …, RNn, les recettes nettes attendues, ou les rendements escomptés, par un entrepreneur qui envisage d’acheter des biens d’équipement d’une valeur I0. Soit r9 le taux d’intérêt et n la durée de vie utile des équipements.
A)        LE ROLE DE LA DEMANDE ANTICIPEE DANS LA DECISION D’INVESTISSEMENT : LA THEORIE DE L’ACCELERATEUR
L’idée de base de cette théorie est que plus l’output sera élevé, plus le capital nécessaire pour le produire est important, et plus donc il faut investir. L’investissement sera donc lié positivement aux variations de la demande anticipée.
a)  Les hypothèses du modèle :
Pour qu’une variation de la demande se traduit par un accroissement des capacités de production, trois conditions, au moins, doivent être vérifiées :
H1 : Les capacités de production sont pleinement utilisées. Il n’y a pas de capitaux oisifs.
H2 : On suppose que  la production  s’ajuste  immédiatement à la demande de sorte que  la production remplace la demande dans la fonction d’investissement.
H3 : On suppose une fonction de production à coefficients fixes et des rendements d’échelle constants.
Remarques :

  • L’investissement nouveau nécessaire pour répondre à l’accroissement de la demande est appelé investissement induit. L’investissement brut sera donc égal à l’investissement induit plus l’investissement de remplaceme
  • L’accélérateur ne fonctionne que dans le cas où la demande est Dans le cas où la demande baisse, l’investissement net sera nul et il y aura constitution de capitaux oisifs. En cas d’une reprise de la demande, les capitaux oisifs doivent être utilisés avant de procéder à de nouveaux investissements.

SECTION  II – LE MODÈLE NÉOCLASSIQUE DE L’INVESTISSEMENT
Dans ce modèle, l’investissement est défini comme la différence entre le stock de capital désiré (Kt*) et le stock de capital existant (Kt-1) moyennant un coefficient d’ajustement λ (avec o < λ < 1). Mais, pour simplifier notre raisonnement, nous supposons que l’ajustement est immédiat, c’est-à-dire que λ est égal à l’unité.
Le stock de capital désiré, appelé aussi stock de capital optimum est celui qui maximise le profit des entreprises. Le point de départ sera donc la fonction  de  production  de  courte période, où le facteur travail sera considéré comme constant, le capital étant le seul facteur variable.
A)  LE STOCK DE CAPITAL OPTIMUM
Pour simplifier le raisonnement, nous supposons que le capital est vendu à la fin de la période et racheté ou loué pour la période suivante.
Soit Kt : la quantité de capital détenue par chaque producteur à la fin de la période (t). Le nouveau  capital  n’étant  pas  immédiatement  opérationnel,  nous  supposons  que  ce  stock  de capital de la période (t) n’entre dans le cycle de production qu’au cours de la période (t+1) : Yt+1 = f(Kt , Lt+1) (avec L : le niveau de l’emploi).
Etant donné que Lt+1 est donné, l’entrepreneur doit choisir Kqui maximise Πt+1. Πt+1 = (Pt+1) (Yt+1) – [(wt+1) (Lt+1) +(cut) (Kt)]
(où w est le coût unitaire du travail et cu le coût unitaire du capital).
mots clés : l’investissement en macroéconomie, Rôle de l’investissement, Le stock de capital optimum, La théorie de accélérateur

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*