Nouveau Cours
Accueil » Cours Management » L’école systématique du management

L’école systématique du management

Cours management : L’école systématique du management
CH IV – L’école systématique du management :
Le besoin d’une nouvelle méthodologie qui favorise l’interaction dynamique des sciences de base devient de plus en plus impérieux. En raison de son objet même, l’approche systématique fourni ce dénominateur commun qui permet de relier les diverses disciplines du management. Ce courant dépasse largement le cadre de l’entreprise puisqu’il a la prétention de s’appliquer à tout système.

Section I : L’école socio technique :

Cette école recherche à la fois l’optimisation de l’organisation sociale, et de l’organisation technique du travail.
Emry ETRIST, considère l’organisation comme un système d’interaction entre deux sous-systèmes, le sociale et la technique.
Le passage d’une organisation rigide de type taylorien à une organisation souple et collective qui donne plus d’autonomie au groupe de travail satisfait à la fois des contraintes techniques et l’organisation des travailleurs.
Comme l’entreprise est un système ouvert qui nécessite d’ajuster l’organisation aux contraintes techniques, il faut donc accorder de l’autonomie et responsabiliser les individus ou les groupes de travail qui sont confortés à des taches variables.
L’organisation doit par conséquent être souple et faire confiance à la capacité des travailleurs à s’organiser et à accepter les changements.

Section II :  L’école de la prise de décisions  :

Son principal représentant est Simon HERBERT pour qui, gérer, c’est faire le bon choix. Mais comment prendre la bonne décision ?
Pour la théorie économique l’individu a un comportement rationnel, mais Simon estime au contraire que la rationalité n’est en réalité qu’une rationalité limitée. Face à un problème, le décideur ne cherche pas forcément la solution optimale, il s’arrête souvent à la première solution qu’il juge satisfaisante. Plusieurs raisons sont avancées :

  • Le manque d’information : on ne peut pas disposé de toute l’information nécessaire.
  • Le future est incertain, et la recherche d’informations supplémentaires est très coureuse et peut prendre beaucoup de temps.
  • Plus le système et l’environnement sont complexes et variés plus il est difficile de piloter un système.

Simon HERBERT, déduit ainsi l’existence de deux grands types de décisions dans l’entreprise:

  • Les décisions programmées, qui ont un caractère habituel, répétitif. Comme la paie des salaires, la facturation des commandes…. Ces décisions peuvent faire l’objet d’applications informatiques.
  • Les décisions non programmées, qui ont un caractère non structuré et qui sont très importantes pour la vie de l’entreprise. Comme décision d’implantation à l’étranger. Ces décisions sont de la compétence des dirigeants de l’organisation.

mots clés : L’école systématique du management

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*